Préparer sa cure de fruit de manière idéale

Cure de fruit

Je vois le début de ma cure arriver et c’est avec désespoir que je vois que mon frigidaire est toujours aussi plein… Ce n’est pas le moment de tout abandonner parce que trop de choses risquent de périmer avant la fin de ma cure ! Et surtout pas de manger tout ce qui arrive à péremption,votre estomac vous en garde !

Evidemment, je ne vais pas faire la promotion du gâchis alimentaire avant même d’avoir commencé à vous parler d’une cure nutritionnelle. Dans ce cas critique, attendez encore un peu avant de commencer à ne plus manger que des aliments choisis, c’est que vous n’êtes prêt ni intellectuellement ni matériellement.

Heureusement, vous avez devant vos yeux le protocole de démarrage d’une cure de fruits.

Quelle cure de fruits choisir ?

Des dizaines de gourous vous parleront des bienfaits de dizaines de fruits différents. Finalement, il n’y a que vous qui pouvez choisir. Une cure, pour être efficace, dure minimum 5 jours : ces 5 jours vont, il ne faut pas vous leurrer, finir par vous dégoûter provisoirement du fruit choisis. Ne prenez donc pas un fruit que vous risquez de devoir consommer juste après la cure.

Si vous choisissez un fruit particulier, veillez à ce qu’il ne soit ni trop acide, ni trop sucré et surtout pas exotique : votre estomac est désespéremment fait pour consommer local. De plus, il faut choisir un fruit soit en début de saison (pour bénéficier de ses nutriments sans qu’ils soient détruis par une conservation au frigidaire, soit en fin de saison (fruits hivernaux) afin d’accompagner de son corps la disparition de ce fruits des étalages.

Une cure de fruits pertinente se doit être faite de fruits locaux, cultivés de façon raisonnés et de saison.

Pas question non plus d’avaler une grosse quantité de pesticides parce que vous n’avez pas trouvé le producteur du fruit que vous recherchez. Avant tout, c’est le producteur le plus prêt de chez vous qui doit vous proposez les meilleurs fruits à consommer. En agriculture biologique de préférence !

Prévenir matériellement sa cure

Pour aborder une cure sereinement, il faut y penser au minimum une semaine avant. Et même si votre motivation est susceptible de faiblir alors que les jours passent vous approchant du début imposé de votre cure, il est absolument nécessaire que votre environnement proche soit exempt de toutes tentations ou excuses nutritives.

Une tablette de chocolat qui traîne, un légume qui se flétrit, un laitage qui va périmer : toutes ces tentations sont destructrices de cure.

Le principe est donc de vider son frigidaire de tous les aliments périssables puis d’anticiper sur ses prochaines courses les aliments que vous allez délibérément ne pas acheter pour commencer votre cure en toute sérénité. Le dernier marché ne doit vous apporter qu’une demi douzaine de kilos de fruits à consommer !

Une fois que matériellement tout est prêt (un frigo vide, des fruits à disposition), il reste la psychologie

Prévenir psychologiquement sa cure

Les pires tentations sont celles qui viennent de l’extérieur.

Petit café entre amis, verres dans un bar, thé à partager, repas d’affaires, soirée immanquable, famille à nourrir et pour qui il faut cuisiner: ce sont ces écueils qu’il va vous falloir prévenir de façon efficace pour réussir votre cure.Une seule solution : choisir une semaine où vous serez seul(e), apaisé(e), sans contraintes inhabituelles dans votre travail, entouré(e) de gens compréhensifs.

Il n’est pas question de s’enfermer chez soi, mais plutôt de considérer que la cure que vous allez suivre va vous affaiblir et donc qu’il faudra vous traiter vous même comme un infirme.

Quand vous êtes malades, chez vous, personne ne vous oblige à boire une bière pour fêter un anniversaire.

Seul(e), chez vous, il vous suffira d’éloigner de votre vue toutes tentations et d’occuper le temps qui vous sert habituellement à cuisiner, manger ou siroter un thé ou café. La plupart du temps, confronté à un challenge bien défini, nous arrivons à tenir.

Cadrer sa cure

Pour bien réussir sa cure, il faut absolument dresser la liste de ses autorisations et des interdictions, définir une durée et se trouver un parachute :

  • Dans une cure de fruits, facile, la plupart des choses autorisées sont les fruits choisis, la tisane aux produits naturels (pas d’excitants !), l’eau.
  • Les autres aliments sont bien sûr interdits : on ne répare pas son intestin en lui imposant encore de digérer de mauvais aliments !
  • La durée moyenne d’une cure de fruits est d’une semaine. Maximum 2 semaines, minimum 5 jours.
  • Le parachute, c’est quand on craque, qu’on dépose ses convictions à terre, qu’on abandonne son challenge et que notre corps nous impose de nous arrêter. Le premier jour, on est tenté d’ouvrir son parachute. Les suivants, on l’a presque oublié. Cependant, si pour une raison quelconque, la cure ne passe pas, reprenez doucement la nourriture simple pour retrouver un équilibre de vie.

Interdit de compenser par du sucre les petites pertes d’énergies : le repos avant tout !

Objectif de sa cure

Du simple challenge à l’épuration corporelle en passant par la volonté de redécouvrir son sens du goût, les objectifs des cures sont multiples. Je ne peux pas parler en votre nom. Personnellement, si je commence cette cure de pommes pour laquelle je souhaite tenir 1 semaine, c’est pour retrouver un intestin digne de ce nom avec toutes ses fonctionnalités que j’ai perdu depuis trop longtemps en me gavant de lactoses, de glutens et de féculents trop riches.

J’ai choisis une semaine sans trop de remous physiques, sans tentation de banquet familiale, sans grosses soirées de prévues, sans famille à nourrir.Et je vais y arriver, tout comme vous !

Car ce n’est qu’en s’éloignant des contingeances nutritives qu’on peut espérer les retrouver en pleine conscience de la chose !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

©Physicform.fr